Pour la Psychanalyse

8,020 supporters

    Started 2 petitions

    Petitioning M. Dehaene

    Pour l’avenir de nos enfants…

    Il faut réorganiser le « Conseil scientifique de l’Education nationale » dont la présidence par M. Dehaene fait problème. La nomination d’un neuroscientifique à la tête d’un Conseil de l’Éducation nationale n’est-elle pas une double imposture ? Tout d’abord parce qu'aucune preuve neuroscientifique, génétique, héréditaire ou neurodéveloppementale n’apporte de certitude pour expliquer les difficultés d’apprentissage. Avec comme outil principal l’IRM, les investigations du cerveau n’ont pris que des photographies, qui montrent les conséquences cérébrales de problèmes dont la cause est en dehors du cerveau. Le dossier « scientifique » est vide. En revanche, celui des problèmes sociaux, familiaux et psychique des enfants en difficulté est plein, de même que celui des enseignants dont les demandes sont restées à peu près sans réponse. Ensuite, parce que sous cet alibi pseudo scientifique, les enfants en souffrance dans leur famille, ou bien rétifs à la discipline scolaire - sont considérés sans preuves comme des « malades » génétiques ou neurodéveloppementaux. Une étiquette de « déficitaires » ou bien de « porteurs de handicaps » leur est attribuée. Cette stigmatisation ne résout pas leurs problèmes et leur ségrégation sous couvert de « maladie » les aggravent. M. Dehaene connaît-il les problèmes qu’il va devoir aborder ? Lorsqu'il déclare sur France Inter :"nous voulons savoir comment l'apprentissage fonctionne pour que les enfants apprennent mieux"… ou bien sur France Culture :  "Il va falloir expérimenter pour trouver de nouvelles solutions ».  Ou encore, lorsqu’il écrit : "Notre objectif est de décrypter le code neural du langage" et que : « La nouvelle psychologie du développement s’est inspirée de l’éthologie afin d’évaluer, sans recourir au langage, les compétences de bébés de quelques mois ». Sans recourir au langage ? Le lecteur impartial se frotte les yeux. M. Dehaene veut-il refaire l’expérience de l’Empereur Frédéric II qui – au 13e siècle – isola six enfants avec interdiction de leur parler, et cela pour savoir en quelle langue ils s’exprimeraient spontanément ? (ils moururent).  Si l’on prend au sérieux ses différentes déclarations, M. Dehaene reconnaît qu’il s’intéresse moins aux problèmes qu’à la poursuite de ses recherches. Mais faut-il avoir fait des études approfondies pour savoir que les bébés ne peuvent être comparés aux animaux ? Ces derniers se conforment à un bagage inné, alors que notre humanité ne serait rien sans la parole. Il faut savoir que le programme de Monsieur Dehaene connaît déjà un début de réalisation. Une circulaire de l’Education nationale explique depuis quelques temps aux enseignants comment faire le diagnostic de TDA/H. C’est un diagnostic qui n’existe même pas dans les classifications françaises. Il est internationalement contesté, et il a comme conséquence l’administration aux enfants de Ritaline, qui est une drogue amphétaminique avec accoutumance. De même, des tests comportementaux sont déjà pratiqués dans certains établissements, et ils ont un effet stigmatisant et ségrégatif déplorable. Si l’on prend au sérieux ces déclarations, plusieurs questions deviennent incontournables : 1)      M. Dehaene avoue sa méconnaissance des problèmes de l’éducation et il s’intéresse surtout à ses recherches. Veut-il se servir des enfants comme des cobayes, pour vérifier ses hypothèses ? 2)     En réalité met-il en place tout de suite une sélection pour les besoins du marché du travail, sous l’alibi de la neurobiologie ? 3)     Il déclare qu’il veut du nouveau au nom de la science. C’est louable. Mais peut-il oublier que ce genre de « science » n’est pas nouvelle ? Elle a été utilisée au siècle dernier, au nom de l’hérédité et de la race. Considérons comme certain qu’il ne veut pas d’une telle répétition de l’histoire. Mais pourquoi promeut-il un point de vue scientifique qui lui est voisin ? 4)     Monsieur Dehaene a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne veut pas « tout changer », mais le changement est bien son intention. Quel soutien d’associations de parents ou de professionnels a-t-il ? Il fait peu allusion aux solutions déjà préconisées par les pédagogues, enseignants, psychiatres, psychanalystes, psychologues, sociologues, à partir de leur longue expérience de terrain. Ce sont eux qui doivent figurer en première place dans le remaniement du CSEN que nous souhaitons. 5)     Ce n’est pas la personne de M. Dehaene qui est en cause, mais il est le symbole d’un bouleversement radical du rapport à l’humanité que nous contestons : nous pensons qu’il ne lui revient pas de présider le Conseil. Les enfants sont les éclaireurs de ce qui ne va pas dans notre société et il faut les écouter. Mieux vaut laisser la place à ceux qui parient que les enfants ne demandent qu’à changer, qu'à grandir, si confiance leur est faite : ne les traitons pas à l'avance comme des machines comportementales programmées et des handicapés. 117 Premiers Signataires : Abelhauser Alain, Aguerre Jean-Claude, Allione Claude, Allione Marie, Arreguy, Marilia Etienne, Askofare Sidi, Assor Dominique , Auger Didier, Bali Aspasie, Bell Mathieu, Benhaim Michele, Bernard Magali , Bianchini Annik, Bokobza Herve, Bouhlal Ahmed, Bousseyroux Michel, Bremond Bernard , Bruno Pierre, Brunschwig Olivier, Buresi-Garson Alexandra, Buresi-Garson Alexandra, Cacho Jorge , Cappe Nathalie, Chassaing Jean-Louis , Chemama Roland, Chemla Patrick, Cherki Alice, Chervet Bernard, Colbeaux christian, Croix Laurence, de Fouquet Anne, De Neuter Patrick, Decant Françoise, Delarue Catherine , Diaz Patrice , Diener Yann, Douville Olivier, Dransart Anne Marie, Drapier jean pierre , Emerique Maria , Ferreyrol Bruno , Ferry Bernard , Fossey Jean-Marie, Fourre martine, Galbiati Annick , Garate Martinez Ignacio, Gautier Armelle , Gentizon Jean Michel , Gillie Claire , Godart Elsa, Godefroy Hélène , Guignard Florence Marie, Ham Mohammed, Irzenski Liliane, Josselin Françoise, Klopp Serge, Lamote thierry, Lamrani Rhadija, Landeau Tamara, Lauret Monique, Lauru Didier, lecoq claude, Legouis Jean-Baptiste, Lenglet Anita, Lerude Martine, Lesourd Serge, Lévy Marc-Léopold, Levy Robert, Lina Victor, Linares Martine, Louka Jean-Michel, Macaigne Virginie, Machto Paul E., Mainou Marcela, Maleval Jean-claude, Manenti Gorana, Markman Nora, Martin jean-pierre, Mauny Philippe, meljac anne , Molina Simone ECRPF, Moscovitz JJ, Nacht Marc, Nassif Jacques , Nicolas Jonathan , Nusinovici Geneviève, Parian Anne, Pickmann Claude-Noële , Pommier Gérard, Poncet Antoine Poncet-Guerineau sarah, Puppinck Bénédicte , Rassial Jean-Jacques, Ribeiro dos Santos Rosangela, Riedlin frédérique, Roth Dominique , Saada Kathy , Sapriel Guy Sarmiento Gricelda ; Sauret Marie-Jean; Schauder Silke; Sciara Louis, Selin Marie, Spielmann Claude, Stryckman Nicole , TIBI Alice, Tyszler Jean-Jacques , Vanier Alain , Vanier Catherine , Walberg Fanny , Westphal Laure, Wiltord Jeanne, Winckel Lucile, Zafiropoulos Markos, Zagdanski Serge, Zanger Pierre   http://www.liberation.fr/debats/2018/02/15/non-les-enfants-ne-sont-pas-que-des-machines-cerebrales_1629958 http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/02/07/gerard-pommier-les-neurosciences-sont-utilisees-par-certains-en-contradiction-avec-leurs-resultats-les-plus-assures_5252760_3232.html?utm_source=Mailing+FEP&utm_campaign=d146550dc6-EMAIL_CAMPAIGN_2018_02_15&utm_medium=email&utm_term=0_24b99bac5c-d146550dc6-103431333 https://humanite.fr/double-imposture-du-conseil-scientifique-de-leducation-nationale-650215?utm_source=Mailing+FEP&utm_campaign=d146550dc6-EMAIL_CAMPAIGN_2018_02_15&utm_medium=email&utm_term=0_24b99bac5c-d146550dc6-103431333 https://stop-dsm.com/fr/  

    Pour la Psychanalyse
    3,502 supporters
    Petitioning Agnès Buzyn

    Le TDA/H me fâche !

    Monsieur le Président, Nous nous sommes déjà adressés à vous durant les élections présidentielles et la lettre/pétition qui vous avait été adressée a recueilli plus de 6000 signatures de professionnels de la santé mentale. Elle a été soutenue par seize associations. Nous vous écrivons aujourd’hui, à propos des enfants. Ils ne sont pas épargnés par les grandes transformations qui bouleversent la société. Il leur est imposé comme aux adultes un succès rapide, la compétitivité, la conformité à des normes qui ne sont pas de leur âge. Dans ces conditions nouvelles, peuvent-ils encore vivre leur enfance ? Il faudrait pourtant qu’ils aient ce temps s’ils veulent avoir une chance dans le monde professionnel. Les enfants qui ne sont pas conformes sont facilement aujourd’hui considérés comme des « déficitaires » avec des diagnostics médicaux souvent sans validité scientifique, en particulier celui du TDA/H. Nous sommes alarmés par l’existence sur le site du Ministère de l'éducation nationale d’une plaquette destinée aux enseignants, leur indiquant comment établir ce « diagnostic », inexistant dans les classifications françaises. La plaquette du Ministère de l’Éducation nationale affirme sans preuve que le TDA/H est une « maladie neurologique ». Les enseignants sont sollicités pour des pré-diagnostics avec une grille de lecture détaillée. Les signes de dépistage indiqués pourraient intéresser presque tous les enfants, qui peuvent - à un moment ou à un autre - rencontrer des difficultés, alors que leurs parents s’inquiètent et cherchent une solution. De nombreux experts internationaux ont montré que ce « diagnostic cible » d'hyperactivité TDA/H n'avait pas de validité scientifique. Il peut recouvrir aussi bien des problèmes graves (comme la psychose) que des difficultés passagères liées à des circonstances familiales ou à une inadaptation au système scolaire. Les symptômes ne sont pas spécifiques, sans marqueurs biologiques : aucune hypothèse neurobiologique n’a été validée. Pour ne citer qu’un avis, le Dr Eisenberg, inventeur du sigle TDA/H a déclaré avant son décès : « Le TDA/H est l’exemple même d’une maladie inventée ». Ces trop nombreuses incertitudes scientifiques risquent d’entraîner une prescription inappropriée de médicaments : il s’agit le plus souvent de la Ritaline (Méthylphénidate). C’est une amphétamine, considérée en France comme un stupéfiant.  Ce diagnostic entraîne déjà des prescriptions systématiques et à grande échelle, avec le risque d’un scandale sanitaire, semblable à celui du Mediator et du Levothyrox. Pour tenir compte de ces incertitudes, notre lettre demande : 1. Que la plaquette recommandant aux Enseignants d’orienter un diagnostic TDA/H soit retirée du site de l’Éducation Nationale. 2. Cette orientation vers un diagnostic médical à l’école entre dans un cadre plus général : nous demandons l’organisation d’une conférence pluridisciplinaire sur les difficultés de l'enfance, et cela avec la participation, d’experts reconnus dans le champ de la pédopsychiatrie. Nous souhaitons qu’une telle conférence mette en question les méthodes comportementales de classement des enfants selon leur conduite. Ces méthodes les stigmatisent au lieu de les aider à résoudre leurs difficultés. Monsieur le Président, ces deux demandes simples concernent des millions d’enfants, et nous espérons qu’une réponse positive leur sera apportée. Recevez en attendant, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.   Premiers signataires : Allione Claude, Allione Marie, Arreguy Marilia Etienne, Askofaré Sidi, Assor Dominique, Auger Didier, Bernard Magali, Bruno Pierre, Bulat Manenti Gorana, Buresi-Garson Alexandra, Cappe Nathalie, Chassaing Jean-Louis, Chemama Roland, Chemla Patrick, Cherki Alice, Chervet Bernard, Colbeaux Christian, Croix Laurence, Dana Guy, David Marielle, Diaz Patrice, Diener Yann, Douville Olivier, Drapier Jean-Pierre, Drossart Francis, Faure Laurence, Ferry Bernard, Fourre Martine, Furtado B.-Geoffroy Nilce, Galbiati Annick, Garcia-Fons Tristan, Gautier Armelle ,Gentizon Jean Michel, Godart Elsa, Godefroy Hélène, Godet Marie-Noelle, Gori Roland, Gougoulis Nicolas, Hassoun Pascale, Irzenski Liliane, Josselin Francoise, Kalaora Lea, Kaluaratchige Elizabeth , Keller Pascal; Klopp Serge; Lamote ThierryLandau Tamara; Landman Patrick, Lauru Didier, Lauru Didier, Legouis Jean-Baptiste, Lenglet Anita, Lesourd Serge, Levy Robert, Lina Victor, Linares Martine, Louka Jean Michel, Machto Paul E., Mainou Marcela, Maleval J-C.,  Markman Nora, Martin Jean-Pierre, Martine Lerude, Masson Céline,Mauny Philippe, Meljac Anne, Moscovitz JJ, Nassif Jacques, Nicolaïdis Nathalie, Nicolas Jonathan, Nusinovici geneviève, Patris Michel, Pellé Arlette, Pesenti Marie, Phesans Bertrand, Pickmann Claude-Noële, Pommier Gérard, Poncet Antoine, Poncet-Guerineau Sarah, Ponsot Daniel, Puppinck Bénédicte, Rassial Jean-Jacques, Riedlin Frédérique, Roth Dominique, Sapriel Guy, Sarmiento Gricelda, Sauret Marie-Jean, Sciara Louis, Solal JF, Spielmann Claude, Tibi Alice, Vanier Alain, Videau Anne, Weill Philippe, Westphal Laure, Wiltord Jeanne, Winter Elie, Zafiropoulos Markos, Zanger Pierre   Les associations qui soutiennent la pétition : AFPEP-SNPP Analyse Freudienne APLP (Association Pour la Psychanalyse) Association Psychanalyse et Médecine   CCAF (Cartels Constituants de l’Analyse Freudienne) Cercle International d'Anthropologie Psychanalytique Espace Analytique Fondation Européenne pour la psychanalyse Le Point de Capiton

    Pour la Psychanalyse
    4,518 supporters