Association Monts 14

13,299 supporters

    Started 9 petitions

    Petitioning Anne Hidalgo

    Sauvons la Maison du Carrier, emblématique du Nouveau village d'Orléans de 1830

    Le 24 juillet 2020, l'association Monts 14 a déposé un recours contre le permis de construire sur la propriété de la Maison du Carrier, à l'angle des rues Hallé et Rémy-Dumoncel. Le juge des référés a refusé la suspension des travaux et les arbres ont été abattus le 9 décembre 2020. L'association Monts 14 demande qu'un permis modificatif change la physionomie du projet, de telle sorte que le projet respecte la Maison du Carrier et le site du " Nouveau village d'Orléans ", une opération d'urbanisme de 1830...  https://www.facebook.com/Le-Nouveau-village-dOrléans-créé-en-1830-et-la-Maison-du-Carrier-105468227893401 En 1830 apparaît dans le 14e une opération d’urbanisme très novatrice pour l’époque, le « Nouveau village d’Orléans ». Ce nouveau quartier est greffé de biais par rapport aux voies existantes, mais respecte la direction du Méridien de Paris qui le frôle. Les nouvelles voies sont strictement Est-Ouest ou Nord-Sud, un système orthogonal tempéré par des courbes, comme l’arrondi de la rue du Commandeur, les placettes rondes (place Michel Audiard), mais aussi le parcellaire en éventail des n° 12 à 32 de la rue Hallé. Cette demi-lune s’inspire visiblement des idées utopistes de l’architecte Ledoux pour les salines d’Arc et Senans : https://www.facebook.com/Le-Nouveau-village-dOrléans-créé-en-1830-et-la-Maison-du-Carrier-105468227893401/?modal=admin_todo_tourC’est aussi l’époque du romantisme. Chateaubriand vivait à proximité dans une demeure aux fenêtres arrondies, sur l’avenue Denfert-Rochereau. Et beaucoup de petites maisons de faubourgs en portent la marque.De là provient le charme indicible d’un quartier que le Plan local d’urbanisme (le PLU) protège plus ou moins bien par un grand nombre de « Volumétries existantes à conserver ». Une belle demeure en pierre de taille, la « Maison du Carrier », en est l’emblème, bien que sa physionomie doive être classée à part. Elle représente une autre histoire, celle de la Commanderie de Saint-Jean de Latran, des carrières d’où l’on extrayait la pierre de Paris, des catacombes… une autre histoire sans laquelle le « Nouveau village d’Orléans » n’aurait jamais existé. Malheureusement, un projet immobilier va la masquer, l'engoncer dans une modernité tonitruante. Qui plus est, l'architecte n'a absolument pas tenu compte de la physionomie des petites maisons des années 1830, avec leurs fenêtres arrondies. Les beaux arbres de plein développement vont être coupés. Les riverains ont lancé une pétition axée sur la sauvegarde de cet EVP, Espace Vert Protégé, de 250m2 : https://www.change.org/p/anne-hidalgo-paris-14-sauvons-un-espace-vert-protégé-et-son-hôtel-particulier-1830 Ce projet est inadmissible. Il ne respecte ni le patrimoine architectural, ni l'histoire du quartier, ni son charme, ni un espace vert qui offre une respiration.

    Association Monts 14
    432 supporters
    Petitioning Anne Hidalgo

    La maire de Paris confirme la surélévation de la tour Montparnasse. Protestons !

    Depuis le mois de septembre 2009, les associations Monts 14 et Sites & monuments étaient en pourparlers avec les propriétaires de la Tour Montparnasse, suite à un permis de surélévation dérogatoire de 23 m (correspondant à la hauteur d’un immeuble de 7 étages) pour l'établissement d'une serre de production agricole. Un accord a pu être trouvé sur une diminution significative de sa hauteur, palliant ainsi, dans la mesure du possible, l'absence de plafonnement de cette dérogation par le PLU. Monts 14 et Sites & Monuments sont actuellement dans l’attente du dépôt d’un permis modificatif et tiendront les signataires informés de la suite des opérations.La Maire de Paris avait rejeté le recours gracieux des associations contre le permis autorisant à surélever la tour. Elle refusait ainsi de prendre en considération un risque de nuisance pour le site de la Ville de Paris pourtant souligné par la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAE).  En effet, si l’épaississement de la tour d’environ 1 m peut contribuer à atténuer son caractère intrinsèquement énergivore, sa surélévation de 23 m avait un impact important sur le grand paysage, vu des points hauts de la capitale.  Il s’agit de la première application d’une modification introduite en 2016 dans le PLU de Paris permettant de déroger aux règles de hauteur pour l’édification de « serres de production agricoles ». La maire de Paris oubliait cependant que le PLU subordonne cette possibilité au respect des perspectives parisiennes. Pour davantage de précisions, aller sur les pages dédiées des sites des associations Monts14* & Sites & Monuments** (SPPEF)* Association départementale ayant reçu l’agrément du préfet pour la protection de l’environnement** Association nationale reconnue d’utilité publique agréée pour la protection de l’environnement Pour partager sur facebook avec Monts14Pour partager sur Twitter avec Sites & Monuments Sites & Monuments (@SPPEF) / Twitter  

    Association Monts 14
    2,540 supporters
    Petitioning Emmanuel Macron

    Ne bâclons pas Notre-Dame à cause des JO  !

    Mardi 16 avril 2019, Emmanuel Macron a souhaité que la cathédrale Notre-Dame soit rebâtie "plus belle encore" d’ici cinq années. Aujourd’hui, il envisage de ne pas refaire la charpente et la flèche telles qu’elles étaient. Il se tourne même vers des bâtisseurs de tours tels Jean Nouvel pour la reconstruire.Pourtant, les dons ont afflué, les exploitants forestiers sont prêts à fournir les 1300 chênes nécessaires à la reconstruction et il existe encore des compagnons tailleurs de pierre, charpentiers, couvreurs…Mais les experts de la restauration des monuments historiques estiment que cela prendra plutôt 10 à 15 ans. Mais pourquoi diable prendre 2024 pour date butoir ! Sachons raison garder : les JO monopoliseront l’attention du monde entier, certes, mais cela ne durera que 2 mois, et cela n’arrive qu’une ou deux fois par siècle. En revanche, les touristes devant Notre-Dame, c’est durant toute l’année et c’est 14 millions de personnes par an pour le monument parisien le plus visité ! Que va-t-on proposer aux visiteurs : du faux ? Une structure de béton ne paraîtra jamais authentique. Le Sacré-Coeur de Montmartre est beau à voir. Mais son imitation, la Basilique Sainte Thérèse de Lisieux, en béton, jette un froid.Ne bâclons pas Notre-Dame à cause des Jeux Olympiques. Autre exemple, le décret du 12 février 2019 a classé « construction liée aux JO » la tour Triangle qui tombe ainsi sous le coup des « procédures juridiques accélérées ». Les associations n’auront pas le droit de faire appel dans le procès en cours. L’association Monts 14 a attaqué ce décret devant le Conseil d’État, au motif qu’il avait été pris au dernier moment, sans la moindre explication. Elle attire l’attention sur le fait que les marches du Sacré-Coeur sont le 2e site touristique le plus fréquenté après Notre-Dame avec 11 millions de touristes annuellement. Au loin, sur la droite, brille la coupole dorée du Dôme des Invalides et la tour Triangle sera en plein dans sa ligne de mire.Ne bâclons pas le procès de la covisibilité Triangle - Dôme des Invalides à cause des Jeux Olympiques

    Association Monts 14
    155 supporters
    Petitioning Anne Hidalgo

    Droit à l'information : les permis de construire à Paris doivent être publiés

      Depuis plus de trente ans, les nouveaux permis de construire étaient publiés dans le BMO, Bulletin municipal officiel (renommé récemment BOVP), auquel tout le mode pouvait s'abonner. Or, depuis le début du mois de novembre 2018, cette information a complètement disparu du BMO. Les associations de défense du patrimoine, les chercheurs, les journalistes, ne peuvent plus assumer, dans des conditions satisfaisantes, leur rôle de veille sur le patrimoine ou de diffusion de l'information. Ils sont traités avec mépris. « L’affichage en mairie suffit bien ! », c'est par cette phrase lapidaire qu'Anne Hidalgo justifie cette décision. Effectivement, dans les mairies d'arrondissement, il y a des panneaux avec des bouts de papier découpés dans des documents administratifs. Les permis de construire se perdent parmi les déclarations de travaux, beaucoup plus nombreuses. Pour les associations, composées de bénévoles, aller en mairie plus d'une fois par semaine, dans une vingtaine d'arrondissements, noter sur un bout de papier les informations ou les prendre en photo, c’est  une perte de temps rédhibitoire. Au bout de quelques mois, les associations finissent par apprendre l'existence d'une carte "interactive" des demandes, autorisations ou refus de permis pour des constructions, des travaux ou des démolitions. Jamais elles n'en ont été informées par la Maire de Paris. C'est mieux que des panneaux, certes, mais:  tout d'abord, il devient possible à la Maire de Paris de dissimuler l'existence de permis en cours d'instruction sans que l'on puisse en apporter la preuve. Nous avons, depuis un an, l'exemple scandaleux de la dissimulation du permis modificatif de la Tour Triangle les informations données sont notoirement insuffisantes le suivi est plus difficile. Il nécessite de passer en revue des centaines d'informations à chaque contrôle. L'affichage n'est plus daté. Le BMO permettait  de prendre directement connaissance des événements récents  le caractère officiel du BMO n'existe plus le cachet de la poste disparaît :  il n'est donc pas possible de prouver que l'information a été fournie avec retard. Or, il y a des délais bien précis pour exercer son droit de recours l'archivage ensuite est beaucoup plus compliqué, il faut procéder à des saisies informatiques chronophages ou à des impressions papier, à des manipulations d'images également coûteuses en temps passé. pour les historiens, les sociologues, les chercheurs, aucun moyen de remonter dans le temps pour retrouver l'historique des permis délivrés dans Paris (rues, dates, bénéficiaires, etc..) Rappelons que la France a signé la Convention d'Aarhus selon laquelle le citoyen a droit à l'information pour les projets ayant un impact sur l'environnement (y compris culturel). Hidalgo a supprimé, dès son arrivée au pouvoir en 2014, la possibilité d'avoir accès aux permis en cours d'instruction, puis leur signalement dans le BMO en 2018. Aujourd'hui, elle dissimule l'existence même de projets...  Mettre des obstacles à l'accès à l'information, c’est anti-démocratique. Respectez le droit des citoyens à l’information, signalez les permis de construire dans le BMO !  

    Association Monts 14
    645 supporters
    Petitioning Anne Hidalgo

    Stop au vandalisme à répétition d'ARENA dans le Parc de Bercy

    Grâce à leur forte mobilisation, les habitants du Quartier de Bercy ont fait échec à l'extension d'Accor Hôtels Arena (ex-POPB), qui voulait une deuxième salle (Arena 2) aux dépends des jardins de Bercy, dans la perspective des Jeux olympiques de 2024. Cependant, cette société d’économie mixte n'a pas renoncé à accaparer cet espace, d'autant que sa présidence est assurée par une représentante d'Anne Hidalgo, la maire de Paris. Fin mars 2018, le Parc ouvert de Bercy, situé entre la Cinémathèque et le POPB, que les habitants désignent comme « les prairies », a été défoncé par l’installation de « tentes-écuries » destinées à la Coupe du monde de jumping qui va se dérouler en avril 2018. Les engins ont saccagé les pelouses où les habitants ont l’habitude de venir flâner, jouer, se détendre, et aux beaux jours pique-niquer. C’est de très mauvais augure pour l’organisation des Jeux olympiques de 2024 dont certaines épreuves se dérouleront dans le POPB. La Coupe du monde de jumping dans le Parc de Bercy est l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire pour les Jeux olympiques ! Toute la partie ouest du Parc de Bercy est ravagée. L’occupation du Parc ouvert de Bercy dépasse même ce qui était prévu par le Comité de candidature de la France aux Jeux olympiques ! Les évènements sportifs qui se déroulent à l’Accor Hôtels Arena, y compris les épreuves des futurs Jeux olympiques, ne doivent pas être le prétexte d’une dégradation, voire d’une amputation du Parc ouvert de Bercy. Les riverains, les Parisiens, ne veulent plus être mis devant le fait accompli, subir des débordements, des jardins vandalisés, des remises en état difficiles. Les autorisations sont accordées trop facilement, trop fréquemment. Ils veulent être consultés et demandent un droit de regard officiel.C'est la survie même de cet espace vert qui en dépend. Signez contre le vandalisme dans le parc de Bercy, pour que les riverains et les Parisiens soient consultés Cette pétition a le soutien des associations ALS Bercy, Collectif des riverains de Bercy, Défense du quartier de Bercy, Monts 14 et des autres associations du Collectif des Amis de Bercy-Charenton (associations APPELL, AUT IDF 12e- 13e, Les Frigos APLD 91, Le tunnel des artisans, Netter-Debergue, SOS Paris, Vivre à Paris-Picpus 12e, IFSLL)

    Association Monts 14
    486 supporters
    Petitioning Anne Hidalgo

    Refusons l'intrusion de tours : que les Berges de la Seine restent classées par l'UNESCO !

    Les berges de la Seine à Paris sont aujourd'hui classées au patrimoine mondial de l'UNESCO. Ce classement est indissociable de la protection des abords. La maire de Paris, Anne Hidalgo, veut des tours visibles depuis le centre de Paris. Le 20 novembre 2020, E. Grégoire, son adjoint responsable de l'urbanisme, lance la Révision du PLU, Plan d'urbanisme en reprenant les paroles de Pompidou : « La prévention française, et particulièrement parisienne, contre la hauteur des tours est, à mes yeux, tout à fait rétrograde » . Mais l'UNESCO a récemment brandi la menace d'un déclassement de la Ville de Vienne pour ce motif. Ce carton jaune est aussi un avertissement à notre égard. L'association Monts 14 décrit sur son site internet une promenade, du pont de la Concorde au Pont de Sully, le jour où elles seront construites. Le visiteur se pénètre des détails du paysage au fur et à mesure qu'ils apparaissent. Par exemple, depuis le Pont des arts, le ressenti, c'est la proue de l'Île de la Cité dans un écrin de frondaisons, l'onde qui frissonne sous les arches du Pont-Neuf, le style Louis XIII et le mariage de la brique et de la pierre, le quai des Orfèvres et sa tour carrée ; de l'autre côté de la Seine, les bâtiments haussmanniens au toit en zinc de la place Saint Michel que l'on distingue à peine. A cette harmonie de nature dans un environnement de bâti se rattachent des siècles de vie, de souffrances ou de bonheur, l'époque de la royauté, celle de la révolution et de l'empire, la république, les bourgeois et les ouvriers, les étudiants… tout ce qui fait les racines d'un peuple. Un seul détail suffit à doucher l'enthousiasme de cette découverte, la vue de tours d'une hauteur de 180 m voulues par la maire de Paris : la tour Triangle, visible depuis la rue Royale, les tours de Masséna (13e) se dandinant à l'arrière du front bâti, ou celles de Bercy (12e), s'imposant en pleine trouée visuelle vers les feuillages du quai Montebello. Le totem pour la communication d'Hidalgo, c'est un autre sujet ! « Les tours, je n'en fais pas un tabou », dit-elle. Il faut vraiment s'aveugler pour aimer ces empilements d'étages. En signant cette pétition, nous refusons qu'Hidalgo dénature, avec des tours, les Berges de la Seine classées par l'UNESCO

    Association Monts 14
    2,689 supporters
    Victory
    Petitioning Anne Hidalgo

    Non à l’amputation du parc de Bercy

    La mairie de Paris veut amputer le parc de Bercy de 2,5 hectares pour y construire un nouveau bâtiment sportif de 8 000 places, « Arena II », juste à côté du Palais Omnisport de Paris-Bercy (Accorhotels Arena, 20 000 places). Refusons cette bétonisation. Le parc de Bercy, qui compte 14,5 hectares, est l’un des rares poumons de Paris, capitale d'Europe offrant le moins d'espaces verts à ses habitants (selon Wikipédia). Cela n’a pas de sens de prôner la végétalisation de la cité, de verdir des terrasses sur les toits d'immeubles (dont seuls les résidents peuvent profiter), si c’est pour réduire la taille des véritables espaces verts en pleine terre accessibles à tous. Depuis 2 ou 3 ans, il est question d'y sacrifier au moins 100 000 m² de jardins publics. Le parc de Bercy, un jardin public à sanctuariser Le parc de Bercy est constitué de trois parties. À l'Est, près de Bercy-Village, le « Jardin romantique » est le plus écologique avec des bassins où vivent des poissons, des oiseaux de passage, etc. Au centre, les « Parterres », est la partie la plus structurée : potagers pédagogiques, vigne, buissons taillés, fleurs, etc. À l'Ouest, « les Prairies » sont des étendues de pelouses ombragées par de grands arbres. Elles apportent une ambiance exceptionnelle. C'est un « espace du possible » où habitants et visiteurs « prennent le soleil », pique-niquent, font des réunions en plein air, du footing, voire organisent des jeux improvisés. Certains le prennent pour un lieu de détente et viennent y lire un livre tranquillement à l'ombre d'un arbre. Vers sa limite sud-ouest, c'est plutôt le sport qui prime, adeptes du skate-board, footballeurs, amateurs ou adolescents… Ce site est suffisamment vaste pour cette liberté d'usages très différents. C’est cette partie Ouest que l’on veut aujourd’hui réduire et contraindre. La construction du nouvel édifice, qui serait aussi élevé que le POPB, marquerait radicalement le site. Ce jardin serait réduit de moitié, et à en juger d'après l'existant, il s'accompagnerait d'une extension de la minéralisation du sol sur la partie restante. Ce ne serait plus vraiment un jardin. Signez pour le parc de Bercy et contre son amputation ! Cette pétition a le soutien du Collectif des Amis de Bercy-Charenton (associations APPELL, AUT IDF 12e- 13e, Collectif Baron Le Roy, Les Frigos APLD 91, Le tunnel des artisans, Monts 14, Netter-Debergue, SOS Paris, Vivre à Paris-Picpus 12e, IFSLL), ainsi que des associations Jardin des jeunes pousses, Respiration Paris 15e, Sauvons notre stade, SSGB, ASA PNE,    

    Association Monts 14
    6,040 supporters