Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques

3,659 supporters

    Started 1 petition

    Petitioning Madame Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, Monsieur Edouard PHILIPPE, Premier Ministre

    Accélérons la recherche dans la polyarthrite rhumatoïde : signez notre pétition !

    L'AFPric et les malades qu'elle représente demandent au Premier ministre, Monsieur Édouard Philippe, et à la ministre des Solidarités et de la Santé, Madame Agnès Buzyn, que la polyarthrite rhumatoïde soit l’une des prochaines maladies retenues pour bénéficier du séquençage du génome, qui permettra à terme à chaque polyarthritique de bénéficier le plus rapidement possible du traitement le plus adapté à ses caractéristiques personnelles.L'AFPric se mobilise et lance une pétition nationale pour appuyer cette requête. Retard de diagnostic, douleurs, lésions articulaires, complications extra-articulaires, perte de mobilité, handicap, ou encore arrêt de l'activité professionnelle et perte d'autonomie... Les conséquences de la polyarthrite rhumatoïde (PR) peuvent être très lourdes. De nombreux médicaments existent pour freiner voire stopper l'activité de la maladie, chacun avec une cible spécifique, mais selon les malades, ce n'est pas le même traitement qui va convenir le mieux. Pour l'instant, il est impossible de prédire quel traitement sera le plus efficace chez un malade donné. Il faut parfois en essayer plusieurs et pendant ce temps, le malade souffre et perd ses chances de maintenir une bonne qualité de vie. Un espoir immense arrive avec le séquençage génomique : une technologie qui permet d'étudier de très près les chromosomes d'un individu, lesquels contiennent toutes les informations permettant le fonctionnement de son organisme. Grâce à ses résultats, le séquençage transforme la manière dont on prévient, diagnostique, soigne et pronostique l’évolution d’une maladie donnée. L'impact du séquençage du génome dans la PR serait considérable : un diagnostic plus rapide pour les 6 000 nouveaux cas de polyarthrite chaque année et une prise en charge plus précoce : traitée rapidement, la maladie devient moins agressive ; une aide au diagnostic différentiel, pour déterminer le rhumatisme inflammatoire chronique : polyarthrite, spondyloarthrite, lupus, ou Gougerot-Sjögren. Actuellement, en début de maladie, le diagnostic peut être incertain ;  l'accès à une médecine de précision pour les 250 000 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde : "le bon traitement, à la bonne dose, pour le bon malade" ; des bénéfices réels pour tous les malades : moins de douleurs, moins de handicap, réduction des lésions articulaires, amélioration du pronostic, meilleure qualité de vie. Aidez-nous à obtenir que le séquençage du génome soit effectué rapidement dans la polyarthrite. Des milliers de malades comptent sur vous. Marie-Anne Campese-Faure, Présidente, Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques  

    Association Française des Polyarthritiques et des rhumatismes inflammatoires chroniques
    3,659 supporters