Obama et Poutine : n'abandonnez pas la Syrie
  • Adressée à cc: Lakhdar Brahimi

Cette pétition a été remise à:

Envoyé spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie
cc: Lakhdar Brahimi
Président de la Russie / Président des Etats-Unis d'Amérique
Vladimir Poutine et Barack Obama
Gouvernements d'Allemagne, Canada, France, Italie, Japon et Royaume-Uni
cc: Membres du G8

Obama et Poutine : n'abandonnez pas la Syrie

    1. Sponsorisée par

      Oxfam

  1.  
  2.   
octobre 2013

Victoire

Avec votre aide, nous avons fait pression des mois durant sur les dirigeants des grandes puissances afin qu’ils fixent une date pour l’ouverture de la conférence de paix sur la Syrie. Plus de 100 000 d’entre vous ont signé notre pétition adressée aux présidents Obama et Poutine. Vous les avez exhortés à surmonter leurs différends et à faire un pas décisif sur la voie d’une solution politique à cette crise. La semaine dernière, nous avons remis vos signatures aux représentants des États-Unis, de la Russie et de l’ONU lors de l’Assemblée générale des Nations unies, à New York. Après des mois d’atermoiements de la communauté internationale, nous voyons enfin des progrès : Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, a annoncé que la conférence de paix sur la Syrie aura lieu à la mi-novembre.

Et maintenant ? C’est une étape importante pour les millions de Syriens et Syriennes qui ont cruellement besoin de notre aide. Nous allons continuer à suivre de près les actions de la communauté internationale qui doit à présent veiller à ce que la conférence de paix aboutisse et que toutes les personnes affectées par les combats, y compris les femmes et les réfugiés, y soient adéquatement représentées.

English | Español | Deutsch | Nederlands | Pусский | Türkçe عربي 

« Je m’appelle Liqaa’. J’ai 23 ans. J’ai dû quitter la Syrie et laisser derrière moi ma maison, ma famille, ma vie. Je vis avec mon mari dans le camp de réfugiés de Za'atari et je viens d’accoucher de notre premier enfant. Nos enfants réclament la paix, mais je ne veux pas que le mien ait à pleurer pour cela. Nous avons déjà versé suffisamment de larmes et de sang. Il faut que ces souffrances cessent et que l’aide puisse aller à celles et ceux qui en ont désespérément besoin. Tel est mon rêve. »

--

Mise à jour - 20 septembre : Plus de 100 000 signatures !

Grâce au soutien de citoyennes et citoyens de plus de 150 pays, nous avons à présent recueilli plus de 100 000 signatures* en faveur de pourparlers de paix sur la Syrie, ce qui correspond approximativement à une signature pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant tué dans le conflit à ce jour. 

Nous atteignons ce chiffre symbolique à un moment crucial. L’accord sur le démantèlement de l’arsenal chimique de la Syrie, négocié par le secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, est la preuve que la diplomatie internationale peut fonctionner lorsque les dirigeants du monde le veulent vraiment. 

Nous avons à présent besoin de votre aide pour demander aux présidents Poutine et Obama de fixer une date pour l’ouverture de pourparlers de paix inclusifs sur la Syrie. Ils ont promis de « progresser » sur l’organisation d’une deuxième conférence de paix à Genève. Aujourd’hui, ils doivent saisir l’occasion de l’Assemblée générale des Nations unies pour s’unir et fixer la date de la conférence qui rassemblera toutes les parties au conflit autour de la table des négociations. 

L’accord sur les armes chimiques est un pas dans la bonne direction, mais ce n’est que ça : un pas. Plus de 100 000 personnes ont été tuées – en grande partie par des armes conventionnelles – depuis que le conflit syrien a éclaté il y a 2,5 ans. Pour mettre un terme au bain de sang, il est nécessaire que toutes les parties donnent la priorité à une solution politique négociée.

* Plus de 100 000 signatures recueillies au total sur les sites de Change.org, Oxfam et Tearfund

Mise à jour - 20 août : Les responsables politiques doivent faire preuve de courage en résistant à l'appel de la guerre

La récente escalade de la violence en Syrie a mis en évidence les terribles souffrances endurées par le peuple syrien et confirmé la nécessité de trouver de toute urgence une solution politique à ce conflit qui s’intensifie de jour en jour. 

En haussant le ton et en préparant une intervention militaire, les gouvernements risquent d’aggraver davantage la situation en Syrie. Plus de 100 000 personnes ont déjà perdu la vie et près de deux millions ont dû fuir dans les pays voisins. Toute escalade du conflit mettrait en danger la vie des populations civiles et menacerait la stabilité de la région. Nous exhortons au contraire le président Obama, le président Poutine et les autres leaders à redoubler d’efforts, pacifiquement, afin de trouver une issue politique à cette crise grâce à la diplomatie et au dialogue.

C’est le moment ou jamais pour ces responsables politiques de faire preuve de courage en résistant à l’appel de la guerre. Demandez au président Obama et au président Poutine de tout mettre en œuvre pour ouvrir des pourparlers de paix sans plus tarder.

Contexte :     

Il y a déjà plusieurs mois, les responsables politiques se sont engagés à chercher une solution politique à la crise en Syrie. Mais les pourparlers de paix qu’ils avaient promis n’ont jamais eu lieu et rien n'a été fait depuis. 

Demandez au président Obama et au président Poutine de peser de tout leur poids politique pour faire en sorte que les pourparlers de paix aient lieu et aboutissent. En tant qu’organisateurs de la conférence de paix, les présidents Obama et Poutine doivent travailler ensemble avec toutes les parties au conflit pour arrêter au plus vite le calendrier des pourparlers.   

Le conflit a déjà coûté la vie à au moins 100 000 personnes. Et le nombre de personnes, comme Liqaa’, qui fuient les violences et ont besoin d’aide humanitaire ne cesse de croître jour après jour. L’escalade de violence ces dernières semaines ne fait que confirmer la nécessité de trouver de toute urgence une solution politique à ce conflit.

Pour que cessent les souffrances, il faut progresser sur la voie des négociations et au plus vite. 

- Le président russe Vladimir Poutine, le président des Etats-Unis d’Amérique Barack Obama et l’envoyé spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie Lakhdar Brahimi doivent user de toute leur influence politique pour faire en sorte que toutes les parties au conflit en Syrie se mettent autour de la table des négociations afin de trouver une solution à cette crise

- Pour que ces pourparlers puissent aboutir, doivent également y participer des représentants de cette majorité pacifique de Syriens qui n'aspirent qu'à la paix et souhaitent mettre fin à ce cauchemar, notamment des groupes de femmes et des réfugiés. 

- Ces pourparlers doivent être unanimement soutenus par la communauté internationale qui doit s’abstenir de tout acte ou toute déclaration susceptible de nuire à ces négociations. 

En attendant, les dirigeants mondiaux doivent tout mettre en œuvre pour s’assurer que l'ensemble des personnes touchées par cette crise aient bien accès à l’aide humanitaire dont elles ont cruellement besoin. 

Merci de signer notre pétition dès maintenant. Nous la remettrons au président Poutine et au président Obama, et la transmettrons à l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie Lakhdar Brahimi ainsi qu'aux chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres du G8, pour leur demander de trouver une issue à la crise en Syrie.

Signatures récentes

    Informations

    1. 10 000 signatures récoltées
    2. Syrie : Moscou et Washington pour une conférence de paix

      par Oxfam
      Syrie : Moscou et Washington pour une conférence de paix

      Le Monde | * Mis à jour le La Russie et les Etats-Unis sont d'accord sur la nécessité d'organiser "dès que possible" une conférence de paix sur la Syrie, a assuré vendredi 9 août le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, après une rencontre avec son homologue John Kerry.

    3. 750 signatures récoltées
    4. Liqaa’, une amie

      par Oxfam
      Liqaa', une amie

      Liqaa' est, une Syrienne de 23 ans, diplômée en littérature anglaise. Jeune mariée, elle devrait donner naissance à son premier enfant très prochainement. Liqaa', c'est aussi le visage d'une nouvelle pétition internationale qui demande au président russe Vladimir Poutine et au président américain Barack Obama d'ouvrir les pourparlers de paix sur la Syrie sans plus tarder .

    5. Réfugiées syriennes : plongée dans l’incertitude

      par Oxfam
      Réfugiées syriennes : plongée dans l'incertitude

      Dans un camp de réfugiés au Liban, j'ai récemment fait la connaissance de Reema*, une jeune Syrienne de 19 ans. D ans son pays natal, Reema avait toute sa vie devant elle. Elle venait de terminer le lycée et était sur le point d'entrer à l'université.

    6. La voie des pourparlers, le seul espoir de paix en Syrie

      par Oxfam
      La voie des pourparlers, le seul espoir de paix en Syrie

      La guerre fait rage depuis plus de deux ans en Syrie et a un coût humain catastrophique. Plus de 100 000 personnes ont perdu la vie et près de 8 millions ont cruellement besoin d'une aide humanitaire. Depuis janvier, 200 000 réfugiés supplémentaires ont, chaque mois, fui la Syrie.

    7. 250 signatures récoltées
    8. Liqa'a, réfugiée syrienne au camp de Za'atari

      par Oxfam

      Liqa'a est une jeune femme syrienne. Comme 100 000 autres réfugiés de Syrie, elle est installée au camp de Za'atari, en Jordanie, où elle tente de surmonter les difficultés quotidiennes, loin des siens restés en Syrie. Elle a accepté de nous raconter son quotidien, entre souffrance et espoir.

      http://www.oxfam.org/fr/video/2013/liqaa-refugiee-syrienne-camp-zaatari

      Liqa'a, réfugiée syrienne au camp de Za'atari | Oxfam International

      Liqa'a est une jeune femme syrienne. Comme 100 000 autres réfugiés de Syrie, elle est installée au camp de Za'atari, en Jordanie, où elle tente de surmonter les difficultés quotidiennes, loin des siens restés en Syrie. Elle a accepté de nous raconter son quotidien, entre souffrance et espoir.

    9. Reema, jeune réfugiée syrienne au Liban : « mon dernier jour à la maison »

      par Oxfam

      Agée de 12 ans, Reema a dû fuir précipitamment son pays, la Syrie, avec ses parents et ses quatre frères sœurs. Aujourd'hui réfugiée au Liban, elle n'est plus scolarisée depuis plus d'un an, alors qu'elle était une élève brillante. Elle continue à écrire et à dessiner, racontant en images, en poèmes ou en prose son pays natal et la tragédie qu'elle vit quotidiennement. Dans l'un de ses textes, elle évoque son « dernier jour à la maison ».
      http://blogs.oxfam.org/fr/blogs/13-06-25-reema-refugiee-syrienne-liban-dernier-jour-maison

    10. 100 signatures récoltées
    11. Réfugiés de Syrie au Liban : « nous ne sommes pas seuls »

      par Oxfam

      « Maman, sommes-nous devenus des mendiants ? » La fille de Sahra lui a posé cette question. C’est d’ailleurs littéralement la première chose qu’elle nous raconte lorsque nous la rencontrons avec d’autres femmes réfugiées à Shabreeha, dans le sud du Liban.

      Ces femmes sont au Liban depuis quatre à dix mois. Sahra, son mari et leurs trois enfants ont fui le conflit en Syrie, n’emportant quasiment que les vêtements qu’ils portaient sur eux.

      http://blogs.oxfam.org/fr/blogs/13-06-24-refugies-syrie-liban-nous-ne-sommes-pas-seuls

      Réfugiés de Syrie au Liban : " nous ne sommes pas seuls "

      " Maman, sommes-nous devenus des mendiants ? " La fille de Sahra lui a posé cette question. C'est d'ailleurs littéralement la première chose qu'elle nous raconte lorsque nous la rencontrons avec d'autres femmes réfugiées à Shabreeha, dans le sud du Liban. Ces femmes sont au Liban depuis quatre à dix mois.

    12. Etre réfugié, qu'est-ce que ça veut dire ?

      par Oxfam

      Etre réfugié, qu'est-ce que ça signifie pour vous ? C'est la question qu'Oxfam et son partenaire ARDD ont posé à des Syriennes et Syriens réfugiés en Jordanie. Depuis le début de la crise, 1,6 million de réfugiés ont fui la Syrie. Ils ont besoin d'abri, de nourriture, d'eau. Plus de la moitié d'entre eux sont des enfants. http://www.oxfam.org/fr/video/2013/syrie-etre-refugie

      Etre réfugié, qu'est-ce que ça veut dire ? | Oxfam International

      Accueil › Press Room › Video › Etre réfugié, qu'est-ce que ça veut dire ?

    13. 50 signatures récoltées

    signataires

    • emilie hubert FRANCE
      • il y a 10 mois

      pour les enfants syriens

      Signaler ce commentaire
    • Hédi Boughanmi ARIANA, TUNISIE
      • il y a 10 mois

      Je pense que les femmes, les enfants, les viellards et même les animaux et la nature ont assez souffert de cette guerre ininterrompue. Les grandes puissances comme les USA et la Russie peuvent faire cesser cette guerre fratricide et imposer une paix salutaire pour tout le monde.

      Signaler ce commentaire
    • laure Borgomano BRUXELLES, BELGIQUE
      • il y a 10 mois

      Pour que les organisations de la société civile, les simples citoyens fassent pression sur les gouvernements de façon à arrêter les massacres. Poru la paix

      Signaler ce commentaire
    • benoit garda FRANCE
      • il y a 10 mois

      Pour que Obama et Poutine n'intervienent pas sur le territoire syrien

      Signaler ce commentaire
    • Ringwald Régine PARIS, FRANCE
      • il y a 10 mois

      Pour mettre un terme aux souffrances de nos frères et soeurs de Syrie sans ajouter de la violence à la violence.

      Signaler ce commentaire

    Développez vos propres outils pour gagner.

    Utilisez l'API de Change.org pour développer vos propres outils de mobilisation. Découvrez comment commencer.