Place de la Médiation with 125 supporters

Petitioning la societe

Halte au harcèlement scolaire : un label pour la Qualité de Vie dans l’Enseignement (QVE)

A l’heure où la parole se libère autour du harcèlement sexuel, le harcèlement scolaire continue de faire des victimes.    Dans le sillage de la Convention internationale des Droits de l’enfant (CIDE) et, en France, de la Journée nationale de mobilisation contre le harcèlement scolaire (le 9 novembre 2017), agissons pour renforcer la prévention dans les établissements scolaires et, plus largement, pour  promouvoir la Qualité de vie dans l’enseignement (QVE)* ! Dans les entreprises, la notion de Qualité de vie au travail (QVT) se développe depuis ces dernières années, dans l’intérêt de tous, salariés et dirigeants. Pourquoi miser sur la prévention dans les établissements de l’enseignement ?  - Parce que les établissements ont l’obligation légale de garantir un cadre sécurisant et bienveillant à tous les acteurs : élèves, enseignants, encadrants… Un cadre où il fait bon travailler, s’instruire, s’épanouir et réussir. - Parce que tout ne doit pas dépendre de l’aptitude psychologique des jeunes à savoir se défendre. - Parce que tout ne doit pas reposer sur la capacité des parents à bien armer leurs enfants.  - Parce que les enfants, à la différence des salariés, ne disposent pas des mêmes droits (arrêt de travail, démission, représentants syndicaux…).  Demain, nos enfants devront quitter la cour de récréation pour entrer dans le monde du travail. Il est de notre responsabilité de les accompagner du mieux possible !  L’objectif : mobiliser les acteurs du monde éducatif, politique et législatif en faveur de la Qualité de vie dans l’enseignement (QVE)  Comment ? En décernant le label « Engagés pour la QVE » aux établissements de l’enseignement (primaire, secondaire, supérieur) soucieux de promouvoir 11 critères de Qualité de vie dans l’enseignement (QVE).  Pourquoi un label ?  -Parce que tout établissement a l’obligation légale d’assurer la sécurité des personnes. Or, les élèves ne sauraient en être exclus.  - Parce que c’est une façon responsable de prouver sa mobilisation et de briser les tabous, notamment, autour des phénomènes de harcèlement et de cyber-harcèlement.  - Parce qu’en favorisant le bien-être des apprenants et des enseignants, l’établissement œuvre pour la réussite de tous. Ce qui joue en faveur de  ses indicateurs de réussite et de sa réputation.  11 critères pour construire la QVE Votre soutien est indispensable pour promouvoir le label  « Engagés pour la QVE », attribué aux  établissements dont les efforts tendent vers la mise en œuvre de 11 critères de Qualité de vie, à savoir : Co-construire une politique de prévention durable avec un engagement fort de la Direction Co-responsabiliser tous les acteurs de la prévention en interne Poser un cadre clair avec des normes de comportements justes et des sanctions réparatrices  Former le personnel au repérage et à la gestion des situations difficiles Déléguer la mission d’écoute à une personne de confiance au sein de l’établissement Accueillir les personnes fragilisées ou en difficulté (élèves ou enseignants) via un dispositif d’écoute, de médiation et de prise en charge adapté Créer du lien autour de moments de partage et de convivialité entre apprenants et enseignants Encourager les initiatives pour améliorer l’environnement de travail, le bien-être et la convivialité  Impliquer les parents dans la vie de l’établissement Promouvoir un sentiment d’appartenance au sein du collectif, rempart contre les phénomènes d’exclusion et de bouc-émissarisation.  Identifier les dangers et les risques potentiels de l’établissement dans un "Document Unique d’évaluation des Risques dans l’enseignement"*. Véritable tableau de bord de la prévention, il doit, comme dans les entreprises, devenir l’outil incontournable pour diminuer voire supprimer les risques identifiés dans chaque établissement. Or, cet outil construit par l'un de nos experts, ancien directeur de la Qualité de vie au travail d'un grand groupe, doit intégrer : les  risques psychosociaux (tensions, stress, harcèlements..), les élèves, pas uniquement le personnel de l’établissement les zones à risques (vestiaires, toilettes…)   une batterie d’indicateurs avec, pour chacun des risques identifiés, des mesures appropriées en concertation avec tous les acteurs de l’établissement. En savoir plus  Pourquoi se préoccuper du harcèlement scolaire ?  Malgré les actions engagées au plan national par les pouvoirs publics et par les établissements, le harcèlement scolaire reste un fléau. Un fléau d’autant plus difficile à déceler et à combattre qu’il est masqué et multiforme. Moqueries, mauvauses blagues, vexations, insultes, menaces, isolement, agressions… Quand ils se combinent et se répètent, ces agissements mettent en péril l’équilibre intellectuel et la santé psychique, voire physique des jeunes victimes, avec des conséquences pouvant être dramatiques. En France, on estime à près de 700 000 le nombre de victimes de harcèlement scolaire entre le CE2 et le lycée, soit 9% des enfants et adolescents dans les établissements scolaires. 20 % et 25 % des élèves absentéistes chroniques ne vont plus à l’école par peur de ce harcèlement. 1 collégien sur 5 serait par ailleurs concerné par le cyber-harcèlement, selon le service statistique de l’Education Nationale. En particulier, les filles, plus exposées au « cybersexisme ». Plus de la moitié de ces jeunes seraient concernés par du harcèlement « sévère » avec des conséquences lourdes au plan psychique voire physique. Ceux-là auraient 4 fois plus de risques de faire une tentative de suicide. Malgré une baisse sensible du harcèlement au collège entre 2010 et 2014 (-15%), d’après les résultats de  l'enquête internationale HBSC (Health behaviour in school-aged children), le harcèlement scolaire reste un fléau. A propos de…  Marie-José Gava, médiatrice, fondatrice de Place de la Médiation (réseau axé sur la médiation et la formation  en  prévention du harcèlement et des risques psychosociaux). Auteur de «Harcèlement moral, comment s’en sortir ? » (Prat, 2002) et co-auteur de « Halte au harcèlement à l’école (Larousse, 2016) avec S.de Tarlé. J'ai à coeur de sensibiliser les établissements scolaires à la prévention du harcèlement via des outils accessibles, telle que l’affiche  « Le harcèlement, ça me concerne » ?(59 x 84 cm). Distribuée gratuitement aux collèges du département pilote des Hauts de Seine (siège de Place de la Médiation) depuis quelques semaines, cette affiche est présentée sous forme d’illustrations légendées et vise à décrire  8 situations alarmantes caractéristiques du harcèlement scolaire, 4 conseils clés pour y faire face et à orienter les élèves fragilisés vers les interlocuteurs internes et/ou externes à l’écoute. *QVE et DUPRE : marques déposées à l’INPI par Place de la Médiation Cette pétition sera remise à Monsieur Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Education nationale.